Histoire du quartier

Du règne d'Henri IV à nos jours

vous saurez tout sur ce quartier hors-normes

Bien que le quartier ait été véritablement construit à partir du milieu du XXe siècle, La Défense se situe sur l'axe historique de Paris dont on doit l'origine au roi Henri IV et l'aménagement à Le Nôtre, fidèle jardinier de Louis XIV.

L'axe historique

Dès le moyen-âge, les rois suivent un chemin en ligne droite du Louvre à la forêt de Saint-Germain-en-Laye pour aller chasser. La Seine était alors traversée par un bac. En 1609, le bac transportant le carrosse d'Henri IV et de Marie de Médicis se renverse. Le premier pont de Neuilly, en bois, est alors construit.

Louis XIV charge André Le Nôtre, vers 1670, de continuer les aménagements entamés au début du siècle par Henri IV et Marie de Médicis jusqu'au niveau de l'actuelle Place de l'Étoile.

Sous Napoléon Ier, l'avenue prend le nom des Champs Élysées en référence à la mythologie grecque et commence à se border de palais et d'hôtels particuliers. L'avenue est couronnée de l'imposant Arc de Triomphe et l'obélisque de Louxor se dresse sur la place de la Concorde.

Pourquoi "La Défense" ?

Le nom du quartier de La Défense vient de la statue nommée "La Défense de Paris" érigée à la gloire des soldats ayant défendu la ville durant la guerre franco-allemande de 1870. Cette sculpture en bronze de Louis-Ernest Barrias inaugurée en 1883 est toujours visible aujourd'hui à son emplacement initial.

D'un territoire rural à un territoire urbain

Dès la fin du XIXe siècle, la révolution industrielle change peu à peu le paysage de La Défense. Bien qu'il reste partiellement rural, le quartier voit naître ses premières usines comme celle du constructeur automobile De Dion Bouton qui emploie quelque 1800 employés. Un premier tramway à vapeur relie la Place de l'Etoile à La Défense.

Dans les années 1920, l'idée d'un nouveau quartier parisien dans le prolongement de l'axe historique émerge et plusieurs projets sont présentés par de célèbres architectes pour son aménagement (Le Corbusier, Auguste Perret, Mallet-Stevens) mais aucun d'entre eux n'est retenu. Il faut attendre la fin de la Seconde Guerre Mondiale pour que l'ambition de transformer ce territoire se concrétise.

Lire la suite : architecture et urbanisme, du CNIT à la Tour First